Sport durable et responsable – Sport et RSE – Sport et RSO
Archives

Transition énergétique et sport : quels modes de vie ?

vision énergétique 2030_2050L’Ademe s’est livrée à un exercice de « sociologie fiction » pour décrire les modes de vie qui en 2030 et 2050 seraient compatibles avec les objectifs retenus dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. Il est possible d’atteindre ces objectifs, si des politiques structurelles sont conduites et si on favorise une évolution des comportements.

Evoluer vers une sobriété énergétique compatible avec les aspirations de chacun

L’objectif global est « d’atteindre le facteur 4 », ce qui veut dire diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire national par rapport à 1990 et diviser par deux les consommations d’énergie. Pour identifier les moyens d’atteindre cet objectif  à travers  la transition énergétique, l’Ademe a tenté d’imaginer le quotidien de 8 familles en 2030 et de 8 autres en 2050. Tous les postes de la vie quotidienne sont passés en revue pour identifier les leviers d’action les plus efficaces.

Le sport n’est pas traité en tant que tel, mais à travers le poste loisir. Et on voit que suivant la composition de la famille, son implantation géographique, son niveau de revenu ce secteur est sans doute celui qui présente le plus de variations. Sans surprise les transports représentent la part la plus importante des émissions de gaz à effet de serre.

Si le rapport met en avant de nécessaires évolutions structurelles : développement de nouveaux types de transport, amélioration du bâti il met surtout en évidence la nécessité de faire évoluer les comportements vers plus de sobriété à travers des modes de vie compatibles avec les aspirations de chacun.

Un  sport sobre = plus de contraintes

Comme les ménages, en 2030 le sport sera d’abord touché par un accroissement des contraintes avant que des solutions existent (2050). Clubs et sportifs seront confrontés à l’augmentation des prix de l’énergie avant que des solutions de transport alternatives existent, ces nouveaux transports seront d’abord disponibles dans les zones urbaines ce qui accroîtra encore les contraintes en zones rurales, diminution des courts séjours en raison de leur cout prohibitif…

Évoluer dans l’organisation du sport pour continuer à répondre aux demandes des pratiquants

Les associations sportives sont plus que jamais obligées de prendre en compte deux contraintes :

  • économiser les énergies, pour maîtriser les coûts qui menacent les finances des clubs, des sportifs, des collectivités (équipements sportifs)
  • répondre au besoin de nos contemporains de pratiquer le sport,

Cela suppose de repenser le modèle sur lequel le sport tel qu’il a été développé depuis plus d’un siècle c’est à dire des calendriers de compétition nécessitant de fréquents et courts déplacement et l’utilisation d’équipements énergivores. Pour ceux qui s’engageront dans cette voie, ce sera sans aucun doute se doter d’un « avantage concurrentiel »

Article de localtis sur le sujet

Le lien avec l’étude Ademe « Vision énergie climat 2030/2050

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Sport et RSE : partagez notre ambition

En 1995 le sport mondial se dotait d'un Agenda 21 du sport. La France adoptera le sien 4 années plus tard. Qui remet en cause ces documents et la place du sport dans ce mouvement aujourd'hui ? Même la dernière assemblée générale de l'ONU a fait une place au sport sur cette thématique.
Afficher des domaines d'action, des objectifs est une chose. Les mettre en oeuvre en est une autre.
Il est temps pour le sport de parler en terme de Responsabilite Sociale et Environnementale.
Notre ambition : avec vous y contribuer