Sport durable et responsable – Sport et RSE – Sport et RSO
Notre revue de presse sur facebook
Archives

Paris 2024 : pour une cotisation volontaire

Soutenez la candidature de Paris 2024Pour obtenir l’adhésion des pouvoirs publics, le mouvement sportif a mis en avant une participation importante au budget de la candidature, un quart de la somme : 15 millions d’euros.

Pourquoi une taxe de 1 € par licence ?

La campagne de financement participatif n’a pas répondu aux espoirs du CNOSF récoltant environ 600 000 € dont un quart lors de la soirée de lancement. Les lacunes techniques de la campagne : multiplicité des offres : dons, matériel promotionnel, repas et murs des donateurs, vente aux enchères… ne suffisent pas à cacher le manque de mobilisation autour de la campagne.

Pour tenir les promesses financières, l’idée d’une taxe de 1 € par licence est avancée. Cela ferait le compte assurément.

Pourquoi une taxe  qui nécessite un circuit administratif et financier long qui suscitera certainement de nombreux débats et risque de mettre en évidence des différences d’appréciation sur la candidature ?

Pour augmenter les cotisations des fédérations au CNOSF de 1 € par licence et par an

Pourquoi ne pas réunir les fédérations membre du CNOSF en assemblée générale extraordinaire et leur demander d’augmenter leur cotisation au CNOSF de 1 € par licence ? Ce serait un geste fort montrant l’engagement solidaire du mouvement sportif. Le golf le fait bien pour l’organisation de la Rider Cup… A l’étranger, le modèle se pratique aussi.

Une cotisation pour financer solidairement le sport territorial

Pourquoi limiter ce supplément à une année ? A l’avenir, avec cette collecte le CNOSF disposerait d’une ressource stable qui lui permettrait d’accompagner le mouvement sportif dans les territoires où on sait que les ligues, comités départementaux, clubs dépendent trop des subsides des collectivités locales et vivent des moments difficiles avec la réforme territoriale et la situation économique.

Au haut-niveau et aux jeux le partenariat et les subsides de l’Etat, au développement territorial la solidarité et la mutualisation permise par la gestion de moyens nouveaux. En préférant la solidarité à l’assujettissement à une taxe, le mouvement sportif montrerait sa solidarité et sa capacité à s’affirmer en toute autonomie comme co-acteur des politiques de développement du sport dans les territoires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Sport et RSE : partagez notre ambition

En 1995 le sport mondial se dotait d'un Agenda 21 du sport. La France adoptera le sien 4 années plus tard. Qui remet en cause ces documents et la place du sport dans ce mouvement aujourd'hui ? Même la dernière assemblée générale de l'ONU a fait une place au sport sur cette thématique.
Afficher des domaines d'action, des objectifs est une chose. Les mettre en oeuvre en est une autre.
Il est temps pour le sport de parler en terme de Responsabilite Sociale et Environnementale.
Notre ambition : avec vous y contribuer