Bilan d'un an d'action pour le sport ... durable ? - Sport21.frSport21.fr
Sport durable et responsable – Sport et RSE – Sport et RSO
Notre revue de presse sur facebook
Archives

Bilan d’un an d’action pour le sport … durable ?

1an_SPORTLa ministre des sports vient de publier le bilan de sa première année à la tête du ministère des sports. Une initiative remarquable car ce n’est pas souvent qu’un élu rend ainsi compte de ses engagements.   Un regret : le développement durable semble passer à la trappe des priorités ministérielles.

 

La crise, c’est aussi celle du développement durable

 Le bilan de la ministre s’appuie sur les 30 promesses de François Hollande. Normal donc que le développement durable n’apparaisse pas dans le bilan puisque cette dimension des politiques sportives n’apparaissait pas dans les promesses du candidat. Et c’est vrai la situation économique impose d’autres priorités, d’autres choix. Dans le sport comme dans les autres domaines de la vie ddes ministères, les considérations environnementales, sociales cèdent le pas aux questions économiques. Même le récent infléchissement de la Stratégie Nationale de Développement Durable et son évolution en Transition écologique montre bien l’ordre des priorités : oui à l’écologie, mais à condition qu’elle ne freine pas le développement.

Le développement durable un investissement

Le développement durable ne doit pas être considéré comme une charge ou comme un frein. C’est dans les périodes de crise que les investissements doivent être faits. C’est la crise qui rend légitime de nouvelles manière de penser et d’organiser les activités sportives.

  • Les énergies fossiles seront-elles moins chères demain ? Non.
  • Les équipements sportifs consommeront-ils moins d’énergie demain ? Pas si on ne fait rien.
  • Les sports de nature pourront-ils être de nouvelles ressources de développement pour les territoires ? Oui à condition de les développer durablement.

Ne pas se préoccuper de ces questions aujourd’hui, c’est hypothéquer nos capacités de développement futures. Déjà la réalisation couteuse des stades de foot de la coupe d’Europe a constitué une occasion manquée d’investir massivement dans de nouvelles technologies, de développer de nouveaux modèles qui constitueraient des avantages concurrentiels pour nos entreprises à l’export. Ne laissons pas se prendre sans réagir une multitude de micro décisions qui feront que demain les activités, les équipements sportifs, les manifestations pèseront encore plus sur les finances des collectivités et des particuliers.

Équipements, transports : deux priorités

Le sport est fragile. Il est en particulier sensible à tout ce qui concerne l’augmentation des prix de l’énergie et des carburants. A Créteil la piscine Caneton représentait la moité des dépenses de gaz de la commune avant qu’elle ne prenne des mesures. Dans une association, les déplacements représentent autour de 50 % des dépenses. Il est urgent de prendre des mesures fortes :

  • Avantageons dans les financements du CNDS les équipements qui bénéficient d’une certification HQE ou équivalente
  • Pénalisons les organisateurs qui ne prennent pas des mesures pour diminuer les kilomètres parcourus par les spectateurs et compétiteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Sport et RSE : partagez notre ambition

En 1995 le sport mondial se dotait d'un Agenda 21 du sport. La France adoptera le sien 4 années plus tard. Qui remet en cause ces documents et la place du sport dans ce mouvement aujourd'hui ? Même la dernière assemblée générale de l'ONU a fait une place au sport sur cette thématique.
Afficher des domaines d'action, des objectifs est une chose. Les mettre en oeuvre en est une autre.
Il est temps pour le sport de parler en terme de Responsabilite Sociale et Environnementale.
Notre ambition : avec vous y contribuer